Accueil / Actuaité / GICA-CBMI : Allocution de Monsieur Abdesselam BOUCHOUAREB, Ministre de l’Industrie et des Mines

 

Intervention du Ministre de l’Industrie et des Mines, Monsieur Abdesselam BOUCHOUAREB, à l’occasion de la signature de deux accords entre le Groupe cimentier GICA et le groupe chinois SINOMA (intervenant à travers sa filiale CBMI) pour la réalisation de l’extension de la cimenterie de Zahana (+1,5 million de tonnes/an) et la nouvelle cimenterie de Saoura à Béchar (1 million de tonnes/an).

“Excellence l’Ambassadeur de la République Populaire de Chine en Algérie;

Mesdames et Messieurs ;

Honorable assistance,

Nous assistons aujourd’hui à une cérémonie de la plus haute importance car elle concerne une branche industrielle que nous considérons stratégique, le ciment.

J’adresse mes premiers mots aux co-contractants, le Groupe GICA et son partenaire SINOMA, pour les féliciter de la conclusion de cet accord. C’est là un symbole très fort de la vitalité des liens économique entre la Chine et l’Algérie.

Par vitalité, j’entends d’abord celle des deux partenaires qui doivent mettre tous les moyens nécessaires pour livrer les projets dans les délais fixés.

J’attache la plus haute importance à ce point car il y va d’un produit stratégique car aussi bien l’extension de la cimenterie de Zahana à Mascara (+1,5 million de tonnes/an) que la cimenterie de la Saoura à Béchar (1 million de tonnes/an), elles viendront renforcer la production nationale.

Celle de Béchar est à mes yeux encore plus importante parce qu’elle intègre une dimension territoriale pour le développement de toutes les wilayas du sud-ouest de l’Algérie avec à la clé la création d’environ 2000 emplois parmi lesquels 500 directs.

C’est toute une région qui attend avec impatience sa cimenterie pour pouvoir accélérer les projets de développement socio-économiques inscrit dans le programme de Son Excellence le Président de la République, Monsieur Abdelaziz BOUTEFLIKA, particulièrement dans le logement et les infrastructures comme les écoles, les travaux publiques et l’hydraulique.

En 2015 et je parle sous le contrôle de son P-DG, le Groupe GICA a enregistré une production historique jamais atteinte depuis l’indépendance avec plus de 12,1 millions de tonnes produites et commercialisées. C’est aussi la première année où nous n’avons pas relevé de rupture d’approvisionnement du marché en période estivale tout en réduisant les importations en valeur et en volume. Cela nous conforte dans notre démarche.

A l’horizon 2019, le Groupe Gica portera sa production à près de 23 millions de tonnes/an sans compter celle qui sera réalisée par les opérateurs privés. Nous nous attendons également à ce que la production progresse de 4 millions de tonnes d’ici la fin 2016, ce qui permettra de substituer presque totalement les importations du ciment par le produit national.

En un mot, avec les cimenteries existantes, celles en phase finale de livraison et celles en cours de lancement, je peux dire, aujourd’hui, que la bataille de la production est gagnée.

Ce n’est pas une raison pour verser dans l’auto-satisfaction. Des défis sont encore à relever.

Je profite de cette occasion pour partager avec vous quelques axes de développement qu’il faudra dès à présent inscrire.

Je veux insister, en particulier, sur les points suivants :

–        Développer le partenariat industriel et technologique avec des acteurs mondiaux de premier plan ;

–        Développer les produits de niche comme le ciment pétrolier ;

–        Développer la formation et les compétences ;

–        Intégrer les dimensions Environnement et développement durable en déployant dans l’ensemble des cimenteries les meilleures pratiques en termes d’environnement dans des domaines comme les émissions de poussières, la réhabilitation des carrières, la valorisation des déchets, le système de gestion environnemental dans les cimenteries ;

–        Mettre à niveau les anciens dispositifs industriels

–        Améliorer la performance énergétique : nous avons, certes, le gaz en abondance, mais nous devons l’utiliser à bon escient ;

Je laisse pour la fin deux aspects qui nous sont prioritaires :

1- Commencer à développer dès à présent les plates-formes Export et commercialisation des futurs excédents du ciment algérien;

2- Développer la sous-traitance en prenant des initiatives avec le support de fournisseurs internationaux reconnus afin d’aider la sous-traitance locale à s’organiser pour approvisionner localement des fournitures en substitution à l’importation (briques et réfractaires, filtres …).

Sur ce dernier point, j’invite le partenaire SINOMA à faire participer les opérateurs nationaux dans la réalisation du projet et le cahier des charges fait obligation au constructeur d’intégrer les capacités installées nationales pour la fabrication de certaines parties.

Je vous réitère mes félicitations et vœux de succès.

Je vous remercie pour votre attention”